Parents, ne laissons pas de prétendus « experts » usurper notre rôle dans l’éducation de nos enfants !

J’ai longuement réfléchi à la déclaration du 14 décembre 2017 par M. Philippe Couillard, Premier ministre du Québec, appuyé par M. Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation : En septembre 2018, le cours d’éducation sexuelle en milieu scolaire, niveau primaire et secondaire, sera obligatoire.

En ce début de janvier 2018, qu’il me fut bon de relire des extraits de l’audience générale du Pape François du mercredi 20 mai 2015.  Ces paroles du Pape, qui m’ont profondément touchée, je ne saurais les taire en ce moment particulier de notre histoire québécoise. Les voici :

Il y a une multiplication des prétendus  «experts » qui ont pris la place des​parents, même dans les aspects les plus intimes de l’éducation. Sur la vie affective, sur la personnalité et le développement, sur les droits et les devoirs, les « experts » savent tout : objectifs, motivations, techniques. Et les parents doivent seulement écouter, apprendre et s’adapter…

Il est évident que ce système n’est pas bon : ce n’est pas harmonieux, ce n’est pas dialogique… Cela les oppose…

Si l’éducation familiale retrouve la fierté de son rôle primordial, beaucoup de choses changeront en mieux, pour les parents incertains et pour les enfants déçus. Il est temps que les pères et les mères reviennent de leur exil — parce qu’ils se sont auto-exilés de l’éducation de leurs enfants — et assument à nouveau pleinement leur rôle éducatif.

Qu’aurions-nous pu trouver de mieux comme réflexion pertinente et solide à partager avec nos concitoyens, nous membres du Centre international de recherche et d’éducation familiale, convaincus, plus que jamais, de l’urgence de résister à l’éducation sexuelle obligatoire en milieu scolaire et de l’importance de redonner aux parents un jour, parents toujours, l’éducation intime de la sexualité, liée à l’amour, tout au long des étapes de croissance de l’être humain ?

Les parents ont le privilège, au sein de leur foyer, de favoriser de façon continue chez leurs enfants, l’intériorisation de trois grands mystères de la vie : l’amour, la sexualité et la complémentarité des sexes. Cela, dans une approche intime, personnalisée, au moment opportun et selon les valeurs les plus profondes favorisant la construction harmonieuse de l’être humain.

Certes, pour que les parents assument avec compétence et dynamisme la mission éducative qui leur revient, certaines conditions favorables sont requises : ils doivent

– être adéquatement formés à la pédagogie d’une démarche d’intégration de l’amour et de la sexualité qu’ils ont à transmettre à leurs enfants de la naissance à la maturité ;

– compter sur l’appui de l’ensemble des éducateurs également formés à cette démarche ainsi que sur un environnement scolaires ou tenant l’apprentissage continu de l’amour et de la sexualité intégrés chez les élèves ;

– compter sur la venue d’un nouveau choix de société, elle qui est ballottée par divers courants de pensée aux antipodes de la culture de l’amour et de la sexualité intégrés, destructeurs de la famille telle que Dieu l’a voulue dans son plan d’amour.

Bref, ce qui est requis pour tous, chez nous et ailleurs, c’est une nouvelle culture : la culture de l’amour et de la sexualité intégrés, transmise par les parents et soutenue par l’ensemble de leurs collaborateurs du grand village de nos sociétés.

Cependant, pour que cette culture s’implante, se développe et s’épanouisse dans l’esprit, le cœur et l’âme de nos enfants, de nos ados et de nos jeunes adultes, grâce à leurs parents appelés à assumer leur rôle éducatif, tel qu’exprimé par le pape François, il faudra que nos élus et nos médias acceptent de s’ouvrir à cette culture proposée et la favorisent véritablement.

Viendra-t-il bientôt ce jour, chez nous, au Québec ? J’ose encore y croire. Cela, pour le bonheur et la santé affective et sexuelle de nos enfants et de nos jeunes, ainsi que pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui et de demain en quête d’un mieux vivre ensemble dans le respect et la tendresse.

Solange Lefebvre-Pageau, inf. M. Sc.
Fondatrice et directrice
Centre international de recherche et d’éducation familiale – CIREF

© 2018 Ciref. Tous droit réservés by Yacine Kebir