Recensions du livre L’éducation de l’enfant à l’amour et à la sexualité: la responsabilité parentale

En 1989, Mme Solange Lefebvre-Pageau publiait un ouvrage intitulé; ACCUEILLIR MON ÊTRE SEXUÉ – UNE DÉMARCHE D’INTÉGRATION. C’était un genre de manuel destiné aux élèves des 3 premières années du Secondaire et qui pourrait s’avérer très utile aux éducateurs et aux parents dans l’accompagnement des adolescent(e)s vers l’intégration de leur sexualité. Les cours comprenaient 28 chapitres groupés autour de trois divisions: Acceptation de mon identité sexuelle, Accueil de mon être sexué, Intégration de mon être sexué.

Ces cours à mon avis, constituaient une véritable réussite tant au point de vue de la présentation et de la qualité de l’information, qu’au point de vue de la progression et de la cohérence dans la démarche envisagée.

Mme Lefebvre-Pageau projetait la composition d’un autre volume visant à étendre l’éducation sexuelle, respectueuse de la vision chrétienne et du concept santé, aux élèves de 4e et 5e Secondaire. Une série de circonstances l’amenèrent à mettre de côté ce second projet pour lui en substituer un autre, qui s’adresserait aux parents et aborderait L’ÉDUCATION DE L’ENFANT À L’AMOUR ET À LA SEXUALITÉ. Elle voulait par là aider les parents à exercer la responsabilité qui est la leur à l’égard des enfants de 0 à 6 ans, puis de 6 à 11 ans. En définitive, elle rappelait les premiers fondements de cette éducation à l’amour et à la sexualité qui sont d’une importance capitale et qui permettront aux adolescent(e)s une intégration harmonieuse de leur être sexué et un épanouissement progressif de leur vie amoureuse dans le mariage.

L’ÉDUCATION DE L’ENFANT À L’AMOUR ET À LA SEXUALITÉ comprend trois parties. La première partie intitulée: Le fondement spirituel et humain de l’amour et de la sexualité constitue une introduction générale. Elle s’inspire d’une vision chrétienne du couple et de l’enfant. – Création du Couple et sa vocation. (ch. 1): – L’accueil inconditionnel de l’enfant – , rêve et gloire de Dieu (ch. 2). Elle indique deux besoins essentiels de l’enfant, la tendresse et l’intimité (ch. 3). Puis elle situe l’enfant face au mystère sexuel (ch. 4). au mystère de l’amour (5), au mystère de la complémentarité des sexes (ch. 6).

À remarquer que cette introduction générale ne se contente pas d’aligner des principes. Elle suggère en même temps des attitudes, des comportements concrets, en vue de répondre aux besoins et aux situations de l’enfant dès les premières phases de son développement. Ce qui fait ressortir que la responsabilité parentale face à l’amour et à la sexualité de l’enfant débute avec les premiers mois de son existence et devra s’exercer par la suite, en tenant compte de son évolution. Je suis impressionné par l’insistance de Mme Lefebvre-Pageau sur le respect auquel l’enfant a un droit inaliénable comme personne humaine et comme fils ou fille de Dieu.

Dans sa seconde partie, L’enfance: l’étape cruciale de l’apprentissage, l’auteure nous offre d’abord une étude sur – Le développement des sens de l’enfant (ch. 7), – Les parents ont à veiller à favoriser chez l’enfant le développement de ses sens. À partir de quand ? Pourquoi et comment ? -(p. 67.) chapitre remarquable sur ces dons de Dieu que sont les sens. On s’arrête à considérer chacun d’eux pour mieux percevoir les richesses qu’il porte et la façon de le stimuler dans son développement harmonieux.

– Le développement du coeur de l’enfant – (ch. 8) me parait être un petit chef-d’oeuvre. Impossible de résumer. Le coeur est le lieu où se vivent: – le dialogue intime avec soi-même, – le dialogue intime avec Dieu, – l’option fondamentale pour Dieu. Développer son coeur, pour l’enfant, cela signifie apprendre – à l’écouter, – à s’épanouir selon le désir de Dieu, – à devenir semblable à Dieu dont il est l’image. Telle est l’oeuvre de toute la vie. (p. 87.) – Il est important que le coeur de l’enfant baptisé à la foi chrétienne soit profondément imprégné par ses parents du sens religieux qui l’amènera à entrer en contact avec Dieu. (p. 92.)

Les derniers chapitres de cette seconde partie présentent des formes concrètes du respect pour la personne de l’enfant. Le développement du privé intime – (ch. 9) veut éduquer l’enfant au sens de l’intimité personnelle où nul ne peut pénétrer (pas même les parents) sans autorisation. – La préparation du difficile combat de la pureté (ch. 10) suppose une éducation à la pudeur et l’attirance vers des modèles concrets de pureté – La discipline de l’amour – (ch. 11) s’acquiert graduellement par le passage du plaisir au réel et l’appel au dépassement de soi-même par de petits efforts constants. Chapitre important que celui de la préparation de l’étape de la puberté – (ch.12). L’enfant de 10 à 12 ans doit apprendre à accepter son identité sexuelle et à développer un regard et un coeur purs qui, tout au long de sa vie, lui permettront d’établir des relations saines et de se préparer à assumer dans la dignité la vocation qui lui est destinée.

La troisième partie du volume est consacrée à La famille, l’école de la vie, on y retrouve des réflexions d’une grande actualité. – Vivre en paix sa prime enfance (ch. 13) souligne d’abord le fait que, dans notre société actuelle, le jeune enfant est – bousculé – et ne peut jouir de – la conduite insouciante et spontanée qui le caractérisait autrefois – (p. 141). Ce dont a besoin l’enfant de moins de 6 ans… c’est de connaître et de goûter la vie familiale – (p.142) L’initiation à la vie familiale – (ch. 14) souligne l’importance d’apprendre à vivre avec frère(s) et soeur(s), à accueillir cousins et cousines, mais surtout de s’épanouir dans un milieu familial harmonieux.

Les deux derniers chapitres constituent un appel pressant à la responsabilité parentale. – Nous sommes encore des enfants – (ch. 15) invite les parents à prendre soin de leur enfant – comme de la prunelle de leurs yeux – parce qu’ils ont besoin de protection et ont droit à la sécurité. – Le grand défi des parents – (ch. 16), c’est d’être disponibles à leur enfant et de protéger chez lui l’esprit d’enfance.

En Conclusion, Mme Lefebvre-Pageau affirme que dans notre monde en crise, parents, grands-parents et proches croyants doivent approfondir le véritable sens de l’éducation intégrale de l’enfant baptisé et favoriser le développement harmonieux de son être total. Dès sa tendre enfance, il est appelé à être et à vivre comme son parfait modèle: Jésus!

Puisse cette modeste recension vous faire entrevoir l’actualité et la richesse de L’ÉDUCATION DE L’ENFANT À L’AMOUR ET À LA SEXUALITÉ. La présentation claire et structurée adoptée par l’auteure en rend la lecture facile voire même passionante.

Armand Savard, C.Ss.R.
Revue Saint Anne, mai 1998, p. 222

© 2018 Ciref. Tous droit réservés by Yacine Kebir